Le témoignage d’Irene, volontaire européenne pendant l’année scolaire 2015/2016

Vivre une expérience pratique en Europe grâce au Service Volontaire.

Depuis 2013 notre école accueille des enfants de 3 à 6 ans et maintenant une classe primaire de 6 à 9 ans mais l’école accueille aussi chaque année… un jeune en Service Volontaire Européen ! Concrètement, les jeunes volontaires peuvent partir entre 2 et 12 mois dans un pays d’Europe et contribuer au travail d’associations qui œuvrent dans divers domaines : l’insertion des personnes défavorisées, l’environnement, la culture et la créativité, l’animation socio-culturelle, l’économie sociale et solidaire, etc. Pour participer au programme de la Communauté européenne (ERASMUS +), aucun niveau de langue, ni aucune formation préalable, ne sont requis. Pour faire découvrir ERASMUS + qui permet à de jeunes Européens de 17 à 30 ans de faire une expérience pratique en Europe, interrogeons Irene :

Tu te présentes ? J’ai 26 ans. Je suis venue pour 10 mois à l’école Montessori de Die où je travaille avec des enfants de 3 à 9 ans. J’avais fait des études d’éducatrice spécialisée et j’ai travaillé avec les enfants, notamment dans une ludothèque. Je me suis intéressée à l’éducation à l’environnement et aux problèmes de l’apprentissage (dyslexie). J’avais envie de faire une expérience pratique.

Comment as-tu entendu parler du SVE ? Des amis étaient partis en Europe grâce au SVE ! Dans ma ville (Modena) il y a deux associations qui s’occupent de promouvoir les programmes financés par l’Europe, l’une d’elles m’a aidé pour faire un dossier.

Comment as-tu choisi où aller ? On peut choisir les associations : j’ai regardé toutes celles qui travaillent en éducation à l’environnement et j’ai envoyé des lettres à beaucoup d’associations. J’avais fait des demandes en France mais aussi en Irlande, en Norvège… des endroits où je savais que je pouvais parler en français… ou en anglais ! J’ai choisi de venir à Die car j’avais envie de connaître une pédagogie différente. Cela m’allait aussi de vivre dans une petite ville mais proche de la nature.

Concrètement qu’est-ce que tu reçois quand tu es Volontaire ? Mon voyage aller-retour est payé à 80%. Je suis hébergée et nourrie et je reçois de l’ « argent de poche ». J’ai aussi l’assurance médicale. Sur place je suis suivie par un tuteur de l’association. Je reçois aussi deux formations au début et au milieu de mon séjour. À la fin tu peux avoir un certificat de compétences (Youth pass), c’est important pour la suite, aussi pour chercher du travail après.

Est-ce que tu as pu faire des projets au sein de l’école ? Je parle chaque jour en italien avec les enfants, j’ai proposé un atelier avec des chansons, des histoires… On a aussi la possibilité de proposer un projet personnel dans le cadre de l’association dans laquelle on est accueilli. J’ai fait des ateliers avec les enfants en lien avec les saisons et la nature : en automne sur le raisin, on est allé chez des vignerons, puis sur les noix, puis dans une ferme pour l’agnelage… On a aussi fait avec les enfants un jardin de plantes aromatiques et je crée un séchoir pour que les enfants puissent être autonomes dans la cueillette et le séchage des plantes.

Est-ce que tu es en lien avec d’autres jeunes Volontaires pendant ton séjour ? Pendant les formations on a la possibilité de rencontrer d’autres jeunes, il y a aussi un réseau sur internet pour échanger sur ce qu’on vit. C’est très chouette ! J’ai rencontré des personnes qui viennent de toute l’Europe… et même de plus loin, il y a aussi des personnes venant de Turquie, du Maroc, de Russie qui ont pu profiter de ce programme de l’Union européenne. On se rend visite aussi.

Qu’est-ce que t’a apporté cette année en France ? Grandir ! Faire une expérience qui te fait apprendre plein de choses. Connaître une culture différente. Ici j’ai découvert aussi la pédagogie Montessori. Apprendre à travailler en équipe avec les instituteurs ! J’ai eu la chance d’avoir une tutrice très disponible qui me soutenait pour le travail et d’un point de vue personnel. Le fait de pouvoir faire une expérience longue dans un autre pays, c’est un cadeau. C’est une chance !

Que dirais-tu à des jeunes qui veulent partir ?
C’est une bonne expérience d’autonomie. Pour apprendre une langue, c’est aussi la meilleure façon de faire ! Je conseillerais de bien choisir le projet ! Je me sens bien ici. Par rapport à mon intérêt pour l’éducation à l’environnement, je suis contente : c’est beaucoup plus développé en France qu’en Italie.

Vous voulez parler avec Irene et en savoir plus sur le SVE ? N’hésitez pas à la contacter : irenegoldoni90@gmail.com. Pour voir ce qu’elle a fait à l’école, allez voir le site : www.terresd’enfance.org.
Pour les associations qui voudraient accueillir un.e SVE, vous pouvez contacter Céline à l’association Terres d’enfance : terresdenfance@gmail.com

Alice et Irène